CARNETS

vie de famille

19/07/2018 bali ubud sakti
vie de famille

le nid, le coeur. En savoir plus

exhumation

18/07/2018 baliubudexhumation
exhumation

Un dimanche pas comme les autres. Aujourd’hui je me rends dans le village natal de Made pour assister à l’exhumation d’un des villageois. Cet homme avait trois femmes. Deux d’entre elles vivaient dans le village. Le panier rempli d’offrandes et de cadeaux sur la tête, Made va rendre visite aux deux familles. Nous sommes accueillies les bras ouverts, le buffet nous attend. 13h, rendez-vous sur les lieux de la cérémonie. Un grand terrain vague. Il y a foule. Les couleurs chatoient sous le soleil zénithal. Je suis la seule touriste noyée dans cette foule, je déclenche les rires et les sourires à mon passage. Tout va vite, tout est nouveau, je comprends la moitié de ce qu’on me dit. Je ne sais donc pas bien ce qui m’attend ! Nous nous asseyons. Je regarde autour de moi et je comprends tardivement que chaque famille est assise autour d’une tombe. Ca commence à s’agiter partout. Ils bénissent la terre, la tombe, placent symboliquement des fleurs sur la litière et les porteurs s’en vont semer l’esprit à travers le village. Ensuite, vient le moment de l’exhumation. Des hommes s’affairent à creuser. La foule s’entasse au-dessus. Les téléphones sont de sortie. (À ce moment précis, je ne sais absolument pas ce qui va se passer, puisque je n’avais pas encore compris que c’était le jour de l’exhumation et non de la crémation!) Soudain des cris, on se bouscule au-dessus du trou. Ils ont trouvé le corps. Les gens, rient, font des blagues, c’est une véritable fête. Enfin le crâne. La famille se bouscule pour le laver, sortir tous les os, un par un. Les rassembler et les préparer pour la crémation qui aura lieu dans deux jours. Les crémations à Bali coutent excessivement chères. Les habitants enterrent alors leurs morts dans l’attente de réunir l’argent nécessaire. Les familles se groupent entre elles afin d’amoindrir le coup. Les crémations ont lieu environ tous les cinq ans; (dans ce village du moins). Les balinais croient en la réincarnation. Il est donc primordial de faire en sorte que le passage vers l’au-delà se déroule dans les meilleures conditions afin que l’esprit ne vienne pas troubler les vivants. La mort en Asie n’est pas une fin mais un passage. En savoir plus

danse kecak

03/07/2018 baliubudkecak
danse kecak

En savoir plus

des racines et des ailes

" Qui n'a pas d'imagination n'a pas d'ailes " Mohamed Ali En savoir plus

coq

15/06/2018 baliubud
coq

Le coq remplace le héron. (les combats de coqs sont aujourd'hui réglementés. Le perdant est acheté à la fin du combat car sa chair est parait-il très tendre. Les coqs de combat étant bichonnés, bains chauds, massages ...) En savoir plus

marché

07/06/2018 baliubud
marché

Il est 6h. les étals frais du marché se vident déjà. Les stands de fleurs pour les offrandes sont nombreux. L’après-midi, les sarongs et souvenirs en tout genre prendront la place des fruits et légumes. En savoir plus

batman

06/06/2018 ubudbali
batman

Les seuls restes d'une papaye scrupuleusement dévorée chaque nuit par une chauve-souris. En savoir plus

ubud

04/06/2018 baliubud
ubud

Le chant des coqs par centaines, les aboiements des chiens, des cris d'enfants, le battement d'ailes des chauve-souris, le sifflement des insectes, le cri du cochon, les coups de marteaux, le son des chants hindoues qui montent dans la nuit et qui font écho aux chants d'oiseaux, l'odeur de fumée et d'encens, le soleil qui perce les feuilles de bananier. La journée commence sur la Jl. Suweta, Ubud, Bali. En savoir plus

préparatifs

04/06/2018 baliubudgalungan
préparatifs

Tout le monde se prépare pour la cérémonie en ce soir de pleine lune. C'est le jour de Galungan. Galungan célèbre la création de l’univers, la victoire du bien, Dharma, contre le mal, Adharma. Elle a lieu dans les temples familiaux où, selon les balinais, les dieux descendent sur terre et les âmes des ancêtres rendent visite à leur famille. Les femmes préparent les offrandes et les plats. Les hommes frabriquent le « penjor » qui sera exposé dans la rue devant chaque maison. En savoir plus

Contact Marie-Claire Saille | Photographe